LES MUSIQUES DE TRADITION ORALE NOUS INVITENT À SCRUTER « UN PASSÉ INTEMPOREL (…) LEURS FORMULES IMMUABLES NOUS ENSEIGNENT LE DESTIN DE LA MUSIQUE AVANT QU’ELLE AIT ÉMERGÉ À LA LUMIÈRE DE L’ÉCRIT, SON HISTOIRE D’AVANT L’HISTOIRE ET, EN UN MOT, SA VIE ANTÉRIEURE ».

CONSTANTIN BRAILOIU

Présentation

Loin des salles de spectacle, il existe encore des sociétés où le chant demeure l’affaire de tous et en toutes circonstances. Il existe encore des contextes dans lesquels, lié à un rite d’initiation, à un cérémonial de guérison, aux labours et aux moissons, tandis qu’on pile le mil, qu’on revient de la chasse, qu’on célèbre la levée d’un deuil, qu’on accueille une naissance, le chant est fondamental.

Dans l’Ailleurs de l’autre, quatre chanteuses tentent de reproduire fidèlement des enregistrements collectés par des ethnomusicologues tout au long du XXe siècle, sans jamais avoir recours à la notation solfégique occidentale, dans une démarche qui assume le principe de l’imitation et ses conséquences, la transformation inévitable qui en découle, la réinterprétation.

Leur attention s’est portée sur les musiques dont l’exécution est réservée exclusivement aux femmes. Cette performance vocale prend racine dans la sphère de l’intime, de la berceuse, de la veillée funèbre, d’un chant qui ramène aux origines de la perception auditive et émotive.

Programme

Musiques vocales de Laponie, du Burkina Faso, du Cameroun, de Centrafrique, de Madagascar, de Mongolie, du Tibet, d’Inde du sud, des Îles Salomon…

Distribution

Anaël Ben Soussan, Marie Picaut, Michiko Takahashi, sopranos, Pauline Leroy, mezzo-soprano