Saint-Quentin en Yvelines

"Les Villes imaginaires"

Dans son ouvrage « Cités Invisibles, La naissance de l’urbanisme au Proche-Orient ancien », l’archéologue Jean-Claude Margueron fait état d’une découverte étonnante : certaines villes au Proche-Orient ancien ne sont pas des villages qui ont évolué progressivement, mais elles ont été conçues d’emblée comme des complexes urbains, avec des habitants rassemblés pour y habiter, et « invités » à imaginer un vivre ensemble.
D’une certaine manière, Saint-Quentin en Yvelines relève de cette dynamique.

Dans le cadre de leur résidence au Théâtre de Saint-Quentin en Yvelines, Les Cris de Paris se proposent d’imaginer une archéologie bien particulière de ce lieu à partir de l’un de ses marqueurs identitaires, peut-être le plus mobile et le moins saisissable : le son, le bruit, la musique involontaire ou au contraire le répertoire commun à travers lequel ses habitants se reconnaissent ou peuvent être reconnus.
C’est Flaubert qui, conscient pour la première fois de cette dimension négligée, reconstitue une ville à travers le bruit multiple qui l’habite, dans son roman Salammbô.

A l’instar de cette reconstitution archéologique qui cartographie une identité, l’objectif de notre projet s’articule autour de cette mémoire sonore et vivante de la ville qu’il s’agit à la fois de restituer dans le présent, mais aussi de réinventer pour l’avenir.

éléments-crisdeparis-17