La La La – Opéra en chansons

 

Spectacle musical

Effectif total 33 chanteurs et 6 comédiens danseurs

Les Cris de Paris
Direction Geoffroy JOURDAIN
Mise en scène Comédiens et danseurs de la compagnie Le Théâtre de l’Incrédule
Benjamin Lazar

Scénario Morgan JOURDAIN, Geoffroy JOURDAIN, Benjamin LAZAR
Composition et arrangements David COLOSIO, Morgan JOURDAIN, Vincent MANAC’H
Chorégraphie Gudrun SKAMLETZ
Scénographie Adeline CARON
Costumes Alain BLANCHOT
Lumières Christophe NAILLET
Collaboration artistique à la mise en scène Nicolas VIAL

De nombreuses chansons sont attachées à nos souvenirs. C’est pourquoi elles en disent souvent davantage que leurs seules paroles. Plus qu’une comédie musicale, La La La – Opéra en chansons propose un voyage dans notre mémoire personnelle et collective. Au travers d’arrangements originaux, un chœur a cappella, des comédiens et des danseurs racontent une histoire dont la chanson, investissant les lieux d’une ville et les temps d’une vie, est le personnage principal.

Après l’enregistrement d’une émission de variétés, une chanteuse célèbre reçoit un bouquet de fleurs de la part d’un discret adulateur. Ce bouquet est accompagné d’une lettre mystérieuse qui plonge la chanteuse dans une quête, que le spectateur est invité à découvrir au gré de rencontres noctambules, de soirée mondaine en bar, de taxi en métro, et qui se poursuivra jusqu’à l’aube, dans les brumes d’une sortie de night-club.

Note d’intention :

Souvenirs, souvenirs…

Des chansons, beaucoup de chansons, que nous observions notre propre passé avec humour ou bien nostalgie, sont attachées à nos souvenirs. Une mélodie, une bribe de texte, le timbre d’une voix, que l’on croyait enfouis et oubliés peuvent exercer un pouvoir fabuleux sur la mémoire affective.

Comme les trois scénaristes de ce spectacle, tentez l’expérience : essayez de faire l’inventaire de toutes les chansons que vous connaissez. Combien croyez-vous en trouver ? Soyez méthodiques si cela vous chante : listez les chansons d’amour, les chansons de rupture, les chansons de séduction, les chansons politiques, les chansons d’enfance… L’exercice est sans fin, car toutes les étapes de notre histoire personnelle et collective, tous les registres de notre mémoire sont remplis de chansons.

C’est pourquoi elles ont plus à raconter que leurs seules paroles : les chansons font ressurgir les lieux où on les a entendues, les gens qui étaient présents, ce que l’on était alors ; bref, elles sont le support privilégié de nos souvenirs.

C’est la seule chanson du monde…

Plus qu’une comédie musicale, c’est ce voyage dans la mémoire personnelle et collective que se propose d’être ce spectacle. On ne racontera pas ici une histoire avec des chansons : La Chanson sera le personnage principal. On montrera comment elle investit les lieux d’une ville et les temps d’une vie.

Cela, l’écriture musicale pour chœur le rend possible. Entendre un chœur chanter une chanson est le reflet exact de ce qui se passe pour toute chanson à succès : elle passe de l’individu qui la chante (l’auteur ou l’interprète) à la foule qui la fredonne et qui se l’approprie. Les Cris de Paris ont pu en faire l’expérience : quand à la fin de leurs concerts ils proposaient une chanson de variété arrangée pour 32 voix, l’émotion de la salle, rire ou larmes selon la chanson, a toujours été immédiate.

Attention, Mesdames et Messieurs, dans un instant…

La la la est un spectacle dans lequel le spectateur est invité à suivre plusieurs histoires à la fois, jouées par des danseurs, des comédiens et trente-deux chanteurs des Cris de Paris : autant d’individualités qui se croisent et se séparent tout au long d’une errance nocturne, avec pour guide La Chanson, incarnée par un personnage secret à la recherche d’un passé révolu. Cette polyphonie de destinées, si exaltantes chez Robert Altman ou Georges Perec, fonde le principe moteur de ce spectacle intégralement composé pour chœur a cappella.

Dans la mise en scène, le travail du mime, les références à l’univers de Jacques Tati où la musique des mots l’emporte sur des dialogues définis, permettent au récit de se focaliser sur le pouvoir émotionnel de la chanson, et sur son potentiel humoristique. Les acteurs qui incarnent les personnages principaux (la chanteuse/Chanson, la maquilleuse, le fan, etc.) ne chantent pas les chansons : un travail précis de coordination avec le chœur chantant autour d’eux revisite de façon amusante et nouvelle le principe du play-back.

La place rouge était vide…

Le spectacle promène le spectateur dans les différents lieux de la ville où la chanson est présente. Mais tous ces lieux ne sont pas représentés de façon réaliste. D’une part parce que les chansons portent en elles la capacité de dresser un décor dans l’imagination des spectateurs, d’autre part parce que les différentes répartitions du chœur dans l’espace et leurs mouvements permettent d’évoquer tour à tour une salle de spectacle, la rue, le métro, une soirée mondaine, un bar, une boîte de nuit, etc. Le chef d’orchestre, intégré de façon humoristique à ces différents lieux, parfois dans son propre rôle (comme au début dans la salle de spectacle) pourra être aussi serveur, agent de la circulation, disc-jockey, etc.

Une partie du chœur tient le rôle d’un orchestre, l’autre incarne les personnages nécessaires à l’action (des allers et venues étant possibles entre ces deux fonctions). C’est l’ensemble des chanteurs, comédiens et danseurs présents sur ce plateau qui définit le décor dans ses différentes manières d’occuper l’espace, celui des visuels abstraits des grandes émissions de variétés en direct des années 70, comme celle de la chanteuse italienne Mina ou, en France, Dim Dam Dom ou Tempo.

La lumière joue un rôle déterminant, agissant à la fois sur la narration et sur la définition des espaces scéniques (lumière du plateau télé, du métro, de la rue, de la boîte de nuit…). Une poursuite lumineuse permet d’attirer dans la foule l’attention du spectateur sur un personnage principal, ou de s’attarder un instant sur un personnage secondaire.

Les costumes reposent sur une base simple accessoirisée selon les besoins des scènes. Ils peuvent prendre un aspect plus fou dans les parties chorégraphiées en explorant, là encore, les codes visuels de la chanson, ceux du clip ou de son ancêtre le scopitone.

Trois petites notes de musique…

L’écriture musicale du spectacle est à la fois savante et ludique, recherchée et accessible. Morgan Jourdain, David Colosio et Vincent Manac’h sont trois compositeurs-arrangeurs issus des Cris de Paris. Leur travail sur ces chansons connues a cette propriété d’en révéler des aspects cachés, et de créer ainsi la surprise et l’intérêt de l’auditeur : on se rend compte ainsi de la beauté d’une mélodie à laquelle on n’avait pas prêté attention, une chanson apparemment anodine se révèle très riche, ou, au contraire, un rythme décalé transforme une chanson mélancolique en tube de dance-floor !

Les situations choisies permettent d’exploiter une grande virtuosité de composition, comme un grand medley lorsque le chauffeur de taxi change sans cesse de station de radio ou encore, dans le métro, une polyphonie de plus en plus complexe au fur et à mesure que les passagers montent dans la rame. Les personnalités et les styles de ces trois compositeurs se complètent et amènent de la variété dans ce qui, en fin de compte, est une sorte d’opéra fait de chansons.

Geoffroy Jourdain et Benjamin Lazar

Chansons de Fréhel, Boris Vian, Ella Fitzgerald, Jacques Dutronc, Vinicius de Moraes, Jeanne Moreau, Julio Iglesias, Dalida, Lio, Ottawan, Les Rita Mitsouko, Michael Jackson, Thomas Fersen, Prince, Madonna, et bien d’autres !

Songs by Fréhel, Boris Vian, Ella Fitzgerald, Jacques Dutronc, Vinicius de Moraes, Jeanne Moreau, Julio Iglesias, Dalida, Lio, Ottawan, Les Rita Mitsouko, Michael Jackson, Thomas Fersen, Prince, Madonna, and much more!

Durée : 1h45

Production Les Cris de Paris
Coproduction Théâtre de Suresnes Jean Vilar, La Clef des Champs / Région Nord-Pas-de-Calais, Les 2 Scènes – Scène nationale de Besançon

Avec le soutien de la Fondation Orange, de l’Opéra Comique, du Centre National de la Chanson, des Variétés et du Jazz, de l’Adami, de la Spedidam et de Nord-VI

Les Cris de Paris
Conducting Geoffroy JOURDAIN
Actors and dancers of Le Théâtre de l’Incrédule troupe

Stage direction Benjamin LAZAR
Scenario Morgan JOURDAIN, Geoffroy JOURDAIN, Benjamin LAZAR
Composition and arrangements David COLOSIO, Morgan JOURDAIN, Vincent MANAC’H
Choreography Gudrun SKAMLETZ
Theatre designing Adeline CARON
Costume design Alain BLANCHOT
Lights Christophe NAILLET
Stage direction artistic collaboration Nicolas VIAL
Duration: 1h45

Total number of musicians: 33 singers and 6 dancing actors

Production Les Cris de Paris
Coproduction Théâtre de Suresnes Jean Vilar, La Clef des Champs / Région Nord-Pas-de-Calais, Les 2 Scènes – Scène nationale de Besançon

With the support of Fondation Orange, Opéra Comique, Centre National de la Chanson, des Variétés et du Jazz, Adami, Spedidam and Nord-VI

 
éléments-crisdeparis-17