Passions vénitiennes

 

dimanche 24 septembre 2017 | 17h
Festival d’Ambronay, Abbatiale

Venise (1600-1750) : aux frontières du profane et du sacré

Devant la peinture de la Venise baroque, il est souvent délicat d’attribuer de façon catégorique une posture à une Madone plutôt qu’à une Vénus, de distinguer une extase mystique d’un frisson érotique, de séparer la passion sacrée de la passion profane.

C’est sur cette lande qui se situe à la frontière de deux genres à l’époque bien perméables que les Cris de Paris aiment s’aventurer, de Giovanni Gabrieli à Antonio Lotti, en passant par Claudio Monteverdi ou Francesco Cavalli, compositeurs qui, bien que pour la plupart attachés à la Basilique Saint-Marc, offrirent au genre naissant de l’opéra ses premiers grands chefs d’œuvre.

A travers des madrigaux amoureux et leurs parodies sacrées, à travers des motets d’un lyrisme et d’une expressivité étonnamment théâtrale, à la redécouverte comme toujours d’œuvres encore méconnues, les Cris de Paris poursuivent avec ardeur leur travail sur le répertoire baroque italien, démarche qui constitue une part importante de leur projet artistique, et dont témoignent leurs enregistrements consacrés à Luigi Rossi, Claudio Monteverdi, et plus récemment Antonio Vivaldi.

Les Cris de Paris
Geoffroy Jourdain, direction

Programme

Tarquinio Merula (1595-1665)
Hor che’l tempo di dormire, pour soprano

Claudio Monteverdi (1567-1643)
Crucifixus à 4
Ritornella (Chi vol che m’innamori)

Antonio Lotti (ca 1667-1740)
Crucifixus à 6

Claudio Monteverdi
Orfeo, Acte II Sinfonia

Antonio Lotti
Crucifixus à 8

Claudio Monteverdi
Cantate Domino (extrait)

Antonio Lotti
Crucifixus à 10

Claudio Monteverdi
Adoramus te à 6

Antonio Caldara (1670-1736)
Crucifixus à 16

Tarquinio Merula
Ciaccona

Claudio Monteverdi / Aquilino Coppini (?- 1629)
O Jesu mea vita à 5

Antonio Lotti
La vita caduca (Duetti, terzetti e madrigali a più voci, 1702) à 5

Giovanni Gabrieli (1557-1612)
Exaudi me Domine (Symphoniae Sacrae liber secundus, 1615) à 16

Claudio Monteverdi
Hor che’l ciel e la terra (8è livre de madrigaux) à 6

Francesco Cavalli (1606-1676)
Salve Regina (Musiche sacre, 1656) à 4

Claudio Monteverdi
Laudate Dominum (Selva Morale e Spirituale) à 6 et 2 violons
Beatus vir (Selva Morale e Spirituale) à 8, 2 violons et 3 violes

vignettepassionssebastien